• nous finançons la protection

    des meilleures innovations d'usage

    Notre réseau financera en 2017 la protection aux Etats-Unis

    de 20 dossiers sélectionnés pour un montant total de 400 000 EUR.

  • Entrepreneurs

    Vous lancez votre startup à partir d'une innovation d'usage ?

    Obtenez le financement de cette protection par brevet pour mieux convaincre vos futurs investisseurs !

    Un problème de poule et d'oeuf

    Les investisseurs exigent la présence d'un brevet, qui nécessite des ressources, donc des investisseurs...

     

    Les investisseurs privilégient les projets protégés par au moins un brevet. Face au pillage systématique de l'innovation*, les chances de succès d'une startup sont en effet multipliées par 2,5 si le brevet a été déposé avant l'investissement**. Les chances de levées de fonds sont augmentées de 50%***.

     

    Or les startups ont besoin de ressources pour effectuer ce dépôt dans de bonnes conditions. On trouve ainsi trop souvent des inventions brillantes qui sont gâchées pour n'avoir pas ou avoir été mal protégées.

     

    *Rapport Volot, Documentation Française 2011 en PDF

    **Mines Paris Tech, Juin 2014 en PDF

    ***Rapport de Harvard Business School en PDF

    Nos critères de sélection

     

    Early stage + innovation d'usage + numérique

    Nous sélectionnons exclusivement les projets dont les quatre critères suivants sont réunis :

     

    - early stage : l'entreprise doit être en cours de préparation de son premier ou deuxième tour de table et disposer d'un business plan

     

    - innovation d'usage : l'invention doit être relative à un usage, c'est-à-dire une nouvelle manière de consommer, de se distraire, de travailler ou d'organiser des flux d'affaires (business model)

     

    - numérique : l'innovation doit mettre en oeuvre des moyens techniques issus du nouvel environnement numérique (big data, réseaux sociaux, objets connectés, logiciels, smartphones, e-commerce, etc.)

     

    - stratégie IP : au service de la stratégie générale de l'entreprise, la propriété intellectuelle doit participer à la création de valeur

    Les étapes du financement

     

    Nous finançons la protection de l'innovation avant le tour de table des investisseurs

     

     

    1 - sélection sur dossier

     

    2 - analyse de brevetabilité : présentation de l'innovation devant un patent angel délégué

     

    3 - contractualisation sur la base d'un prêt remboursable en cas de succès ou d'un bon de souscription d'actions (à convertir en parts de capital lors d'un tour de table)

     

    4 - dépôt de brevet auprès de l' USPTO (United States Patent and Trade Office)

  • Qui sommes-nous ?

    Les meilleurs experts de la propriété intellectuelle dans le numérique.

    Vincent Lorphelin

     

    Fondateur de Venture Patents, société de conseil en brevets d'usage.

     

     

    Co-président de l'Institut de l'Iconomie, premier think tank de l'économie du numérique

     

    Conférencier, auteur de 6 livres dont La République des Entrepreneurs (Ed. Fondapol 2017).

    Pierre Ollivier

     

    Fondateur de Winnotek, créateur de relations fructueuses entre jeunes entreprises inventives et grandes entreprises innovantes

     

     

    Ancien Directeur de la Propriété Intellectuelle d'Areva TD et de Thomson

     

    Trésorier de l'Observatoire de l'immatériel

     

    Eric Le Forestier

     

    Conseil en Propriété Industrielle à Le Forestier Conseil

     

     

    Ancien associé du Cabinet Regimbeau

     

    Conférencier à CNCPI, ACPI, AIPPI et FICPI

    Anne-Solène Gay

     

    Fondatrice de Behring, société d'Avocats en droit des technologies de l’information et de la propriété intellectuelle.

     

     

    Référencée en télécoms, media et technologies dans les annuaires internationaux Chambers & Partners

    et Legal 500.

    Georges Cornuejols

     

    Fondateur de Cassiopi, société de Conseil en Propriété Intellectuelle

     

     

    Ancien Directeur Général du Cabinet Schmit Chrétien

  • Projets

    Des inventions brillantes de nouveaux usages

    Diakse

    L'expérience de la e-boutique en 3D

    Buzziness

    Trouvez les savoir-faire professionnels

    Triber

    Retrouvez vos amis dans la foule

  • par Mathieu

    Nous développons une application mobile de géolocalisation afin de retrouver ses amis facilement et rapidement. Sur un produit aussi technologique, la propriété intellectuelle est donc stratégique, non seulement vis-à-vis de la concurrence, mais également des investisseurs, d'autant plus quand on sait que les startups qui détiennent un brevet ont 3 fois plus de chance de réussite.

    C'est dans cette optique que nous avons commencé à collaborer avec Vincent Lorphelin, qui nous a accompagné tout le long d'un process qui nous était inconnu : des enjeux stratégiques, en passant par les choix à faire et enfin la rédaction du brevet à proprement parler. Tout cela s'est fait sur la base d'un travail et d'échanges réguliers, que j'ai beaucoup aimé : Vincent a su être pédagogique quand il le fallait, et nous exposer les choix à faire en connaissance de cause.

    C'était donc une belle collaboration, pour un avantage compétitif indéniable que nous n'aurions pas pu nous offrir sans le montage innovant du BSA Air.

    Encore merci à Vincent et son équipe !

  • Notre vision du brevet

    Pour les startups les brevets étaient chers, compliqués et indéfendables.

    Ils sont devenus des actifs stratégiques

    16 questions essentielles à se poser avant de déposer un brevet

    FRENCHWEB - Par Pierre Ollivier, fondateur de Winnotek, et Eric Le Forestier, fondateur de Le Forestier Conseil

    La réputation du brevet est souvent négative. Pour une start-up, il reste cher, sinon c'est du bricolage. Il peut aussi paraître compliqué, car les techniques de rédaction sont imposées par un canevas juridique serré. De plus, le débat sur le brevet logiciel a brouillé la lisibilité pour l'entrepreneur. Alors Pourquoi déposer un brevet? Quelle importance revêt le brevet numérique? lire l'article

     

    BPI france interviewe Vincent Lorphelin

    BPI FRANCE - Les brevets sont de plus en plus stratégiques

    La révolution numérique a-t-elle un impact sur les brevets ? Quelles ont été les conséquences de la guerre des brevets ? Pourquoi les sociétés françaises seraient-elles concernées ? Voir l'étude en ligne

     

    Le tissu économique français face aux nouveaux usages

    LE MONDE - Par Vincent Lorphelin, fondateur de Venture Patents

    La révolution numérique est une chance pour l'inventivité et l'innovation "à la française", mieux valorisées. lire l'article

     

    Quelle stratégie française dans les brevets à l'ère numérique ?

    XERFI CANAL - Par Pierre Ollivier, fondateur de Winnotek

    L’Etat vient d’investir très discrètement 100 millions d’euros dans un nouveau fond souverain pour acheter des brevets. Alors que l’on cherche par tous les moyens à réduire la dépense publique, était-ce vraiment si impératif ? voir la video

     

    Un nouveau fonds français de brevets, pour quoi faire ?

    LES ECHOS - Par Vincent Lorphelin, fondateur de Venture Patents, et Pierre Ollivier, Fondateur de Winnotek

    La Caisse des Dépôts vient d'annoncer la création d'un nouveau fonds souverain de brevets (FSPI) : 100 millions s'ajoutent aux 100 millions de France Brevets, bien que ceux-ci ne soient pas encore totalement engagés. Pourquoi un tel empressement, alors que la France est déjà lourdement endettée ? lire l'article

     

    Procès Adwords : le brevet qui valait 1 milliard

    LE CERCLE LES ECHOS - Par Eric Le Forestier, fondateur de Le Forestier Conseil, et Vincent Lorphelin, Fondateur de Venture Patents

    Google vient d'être condamné (mais fait appel) pour contrefaçon à un milliard de dollars. Le coeur de son modèle économique exploite illégalement l'invention de l'ancien Directeur technique de Lycos. lire l'article

     

    La guerre des brevets dans l'économie numérique

    XERFI CANAL - Par Vincent Lorphelin, fondateur de Venture Patents

    Jusqu'en 2012, les camps pro- et anti-propriété intellectuelle s'affrontaient. Depuis la guerre des brevets, la stratégie des deux camps a radicalement changé au profit des brevets d'usage. voir la video

     

  • NOTRE MISSION

    Des inventeurs et du financement

     

    Les inventeurs-entrepreneurs deviennent le centre des enjeux économiques de la troisième révolution industrielle.

     

    Pour Jean Tirole, Prix Nobel d’Economie, « la valeur ajoutée se situe de plus en plus dans l’innovation. La richesse des nations dépend donc de plus en plus de leur capacité à capter la création de valeur à ce niveau dans la chaîne de valeur. Pour innover, il faut des inventeurs et du financement. L’innovation vient de plus en plus de petites structures entrepreneuriales de type startup. »

     

    Un immense gâchis

     

    La France est une terre d’inventeurs. Historiquement, culturellement, viscéralement. Pourtant elle n’en retire pas les fruits. « Pourquoi sommes-nous si bons dans la recherche et si faibles dans sa valorisation ? » s’interrogeaient Alain Juppé et Michel Rocard. Tous les rapports concluent à un immense gâchis de valeur aux dépens de la pérennité des startups et de l’économie française.

     

    Ce gâchis est provoqué par un manque de financement, lui-même lié à un manque d’accompagnement :

    • les entrepreneurs sont majoritairement des inventeurs qui s’ignorent. Les innovations non technologiques ou les inventions qui mettent en œuvre des logiciels ne leur paraissent pas brevetables

    • le brevet leur semble cher, compliqué, indéfendable et le succès des licences ouvertes a brouillé leur compréhension de la propriété intellectuelle

    • les business angels interviennent après l’invention, trop tard pour la protéger correctement

    • ces business angels exigent souvent la présence d’un brevet pour investir. Les chances de succès de la startup sont en effet multipliées par 2,5. Sous la pression, les entrepreneurs font des dépôts à moindre frais et de qualité médiocre

    Le concept de Patent Angel

     

    L’idée avait été lancée par un rapport de l’OCDE dès 2011. Cette institution considérait en effet que le brevet représentait le seul actif véritable des startups, mais que les seuls apports financiers étaient insuffisants pour obtenir une protection valable.

     

    Les startups devaient donc être accompagnés très tôt par une expertise en propriété intellectuelle. L’OCDE recommandait même un soutien public de ces initiatives. Jusqu'à maintenant, ceci n'a été suivi d'aucune action notable.

     

    Mission

     

    Les Patent Angels se fixent donc pour mission d’accompagner et de financer les inventeurs-entrepreneurs. En amont des business angels, ils interviennent au stade de l’invention pour en assurer une protection convenable. Au-delà des startups, ils éclairent également les institutions et la société sur les enjeux, les marchés, les acteurs et les tendances de la propriété intellectuelle.

     

    Ils veulent ainsi apporter une contribution essentielle au dynamisme entepreneurial et au rebond économique de la France.